Sud Ouest du 16 Avril 2019

BASKET-BALL NATIONALE 3 MASCULINE

Saison aigre-douce

Frédéric Bellette avec (L. A.)

Saint-Médard-en-Jalles et Castelnau-Médoc ont connu des passages à vide qui leur ont coûté cher. PHOTO THIERRY DAVID
BILAN Pour Castelnau-Médoc (2e place) et Saint-Médard-en-Jalles (6e), le bilan est positif. Mais les Médocains et les Poudriers avaient les moyens de faire mieux

Les dernières notes du buzzer ont sonné le glas de la saison mais aussi des espoirs des représentants du basket girondin. Celui de terminer dans le top 5 pour Saint-Médard-en-Jalles (6e) et d’un titre pour Castelnau-Médoc (2e). Toutefois, au-delà de l’amertume et des regrets, les motifs de satisfaction existent.

1 Saint-Médard dans le milieu de tableau

Les Poudriers, promus, terminent en milieu de tableau. « Un résultat d’ensemble satisfaisant, malgré le fait que nous soyons privés du top 5. Parce que nous avons perdu notre dernier match (69-60) face à La Roche qui nous ravit la 5e place », regrette Laurent Chiboust. Le président saint-médar-dais tient à féliciter tout de même le travail du staff technique et à saluer un bon groupe de joueurs. Même si celui-ci a connu quelques flottements collectifs qui lui ont coûté des points. « La machine s’est enrayée à cause d’un manque de préparation physique. Je regrette que nous ayons dû agir en réaction. Toutefois, après un regain d’énergie, nous nous sommes remis sur de bons rails », précise Camille Delhorbe. Le technicien faisant notamment référence aux quatre succès consécutifs, de la fin d’exercice, des joueurs des bords de Jalles. Avec en point d’orgue un succès marquant (89-70) lors de la réception du leader chalossais. Un baroud d’honneur qui a mis en avant ce qu’aurait pu être le vrai visage de Saint-Médard-en-Jalles.

2 Castelnau-Médoc si proche du titre

À Castelnau, samedi soir, il y avait aussi comme un air de regret dans l’air. Une impression d’avoir gâché. Certains évoqueront un enchaînement d’absences (blessures) regrettables, d’autres un relâchement individuel coupable dans l’investissement collectif qui font que le leader invaincu de la phase aller, s’est transformé en dauphin. Et reste à quai à cause de cinq défaites lors des matches retour. « Si le titre nous échappe, nous pouvons nous mordre les doigts d’avoir perdu (98-94 ap) à Saint-Georges et à La Roche (83-72). Pour être champions, il faut savoir s’imposer à l’extérieur », constate le président Michel Tresmontan. « Toutefois, la saison est assez positive. Car les garçons dans l’ensemble se sont bien investis », tempère Emmanuel Coraboeuf. Le mentor castelnaudais rappelle que si la phase aller a bien été contenue, c’est notamment au bénéfice d’un calendrier favorable.

3 L’heure de préparer la saison prochaine

Une nouvelle phase s’annonce pour les Poudriers et les Médocains, celle du façonnage de l’effectif 2019/2020. Si en bords de jal-les ou de champs de vignes, on avance le besoin de faire le bilan de la saison écoulée posément. Chaque camp doit avancer ses pions, sur l’échiquier des transferts, tout en affirmant vouloir prendre son temps. Même si Castelnau pourrait bien, selon les règlements et les souhaits de la fédération, devoir réfléchir au fait d’accéder en N2. Le Real Chalossais refuserait l’accessit de la montée. Il est fort à parier alors que Michel Tresmontan, Emmanuel Coraboeuf et leurs joueurs, en compétiteurs qu’ils sont, pourraient accepter de relever le défi. Si tenté qu’il se présente… Affaire à suivre.

Laisser un commentaire